LES FORCES RUSSES ont achevé, mercredi 29 mars, d’encercler Chali et Goudermès, les deux derniers gros bastions de la résistance tchétchène, et ont commencé à pénétrer dans Goudermès, la deuxième ville de Tchétchénie, située à 45 km de Grozny. La chute de ces deux villes donnerait aux Russes le contrôle de tout l’est de la Tchétchénie.

Après la chute de Grozny en février, les Russes se sont emparé, la semaine dernière, d’Argoun, à 15 km de la capitale, après d’intenses préparations d’artillerie. La chute de Chali et de Goudermès permettrait aux Russes de contrôler les plaines tchétchènes, reléguant ainsi les combattants indépendantistes dans les montagnes du Caucase.

Selon des témoignanges recueillis par l’AFP, les forces tchétchènes ont dû évacuer, mercredi, la ville de Chali face à l’offensive massive des chars, des avions et de l’artillerie russe. « Il y avait encore des personnes âgées et des enfants dans la ville et elle était bombardée quartier par quartier », a déclaré un médecin qui s’était échappé quelques heures avant que les chars russes aient achevé d’encercler Chali. « Si deux soldats tiraient d’un endroit, les avions bombardaient tout le quartier », a-t-il ajouté. « Les civils étaient de loin les plus nombreux à être tués, surtout les personnes âgées qui n’avaient nulle part où aller. Pour chaque combattant tué, des dizaines de civils tombaient », a souligné ce médecin.

PLACE-FORTE REBELLE

L’offensive des forces russes contre cette place-forte rebelle a commencé mardi matin, attaquant la ville avec des hélicoptères de combat, des chars, des tirs d’artillerie, des avions et des roquettes sol-sol. Mercredi à l’aube, on pouvait voir des chars tirant des rafales d’obus sur les défenses tchétchènes à l’est de la ville, puis faire route vers le sud, coupant ainsi la principale voie de fuite vers les montagnes. Des chars, arrivés du côté ouest, ont également fait route vers le sud, encerclant Chali, ont indiqué des combattants en train de se replier.

La nouvelle poussée russe contre Goudermès et Chali a provoqué la fuite d’au moins trente mille réfugiés depuis la semaine dernière, a indiqué, mercredi à Genève, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Selon le HCR, quatre-vingt-sept mille réfugiés tchétchènes se trouvent déjà dans la République voisine du Daghestan. (AFP, Reuter.)

Leave a comment