Les bombardements de l’aviation russe autour de la capitale tchétchène se sont poursuivis, jeudi 29 décembre, après l’échec des premières tentatives d’assaut sur Grozny, mercredi soir. Les explosions des bombes, déchirant l’air toutes les deux ou trois minutes, se concentraient dans trois points des environs de la ville où se trouvent face à face les unités russes et les combattants tchétchènes.

Les avions russes semblaient concentrer leurs feux plus particulièrement sur la colline de Karpinski, un point stratégique à l’ouest de la ville, toujours tenu par les forces tchétchènes, et qui permettrait aux Russes de dominer entièrement Grozny. Toutefois, loin de gagner du terrain, lesforces russes entrées en Tchétchénie le 11 décembre ont dû reculer après leur première tentative pour s’acheminer vers le centre de la capitale. A Khankala, le quartier de l’aérodrome militaire, à environ 5 kilomètres du centre-ville, les Tchétchènes affirmaient, jeudi, que les unités russes avaient reculé de 3 kilomètres.

Cependant, Moscou a présenté cette première vraie bataille aux abords de Grozny comme une victoire, affirmant, jeudi, que ses troupes avaient réussi à repousser une attaque tchétchène. Mais selon des journalistes occidentaux sur place, la version tchétchène paraît plus crédible. Le ministre russe de la défense, le général Gratchev, a affirmé que ses forces ont ordre de « progresser en profondeur » dans Grozny, mais qu’elles n’allaient pas prendre d’assaut la capitale « en raison de la présence en ville de la population civile ». « L’objectif, a-t-il précisé, est de confisquer les armes et de liquider les formations de bandits. »

De son côté, le président tchétchène, Djokhar Doudaev, a renouvelé son appel aux négociations en adressant, jeudi, un télégramme à Boris Eltsine où il lui propose une rencontre en tête à tête. Les avions russes ont également bombardé une raffinerie de pétrole à l’est de la ville, atteignant un réservoir contenant, selon un employé de l’immense raffinerie, 50 000 tonnes de pétrole qui ont brûlé toute la journée, recouvrant peu à peu la ville entière d’un immense nuage de fumée noire.

Le secrétaire général de l’ONU, Boutros Boutros-Ghali, a demandé, jeudi, au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) d’envoyer « immédiatement » une mission dans la région du conflit tchétchène pour évaluer les besoins dans les Républiques voisines d’Ingouchie et du Daghestan. M. Boutros-Ghali a pris cette décision à la demande de la Fédération de Russie qui estime à trente mille le nombre de personnes déplacées par ce conflit. Cependant, un porte-parole de l’ONU affirme que ce chiffre pourrait atteindre les soixante mille. (AFP.)

Leave a comment